Lundi, 1 février 2010

MORTE DE FROID

La découverte, hier, d'une seconde femme souffrant d'Alzheimer, morte gelée, relance le débat sur la sécurité entourant ces malades. « Ce sera d'ailleurs le défi des années futures, alors que le nombre de personnes atteintes n'ira qu'en grandissant », prévient Alain Gauthier, vice-président de l'organisme Baluchon-Alzheimer.

 

Tôt hier matin, une dame de 81 ans souffrant d'Alzheimer a été retrouvée sans vie dans le secteur Ahuntsic-Cartierville, à Montréal. Selon les policiers, la victime avait quitté son domicile en petite tenue au cours de la nuit et le fils de celle-ci avait signalé sa disparition vers 5 h 30. C'est finalement un passant qui a trouvé la dame vers 7 h, dans le terrain de stationnement d'une poissonnerie, à l'angle du boulevard Laurentien et de la rue de Louisbourg.

AUTRE CAS DRAMATIQUE

La dame n'en était pas à ses premières sorties du genre : elle avait fait une fugue semblable l'hiver dernier, mais n'avait heureusement subi que des engelures. Pas plus tard que le 8 décembre dernier, une autre femme, celle-ci âgée de 73 ans et atteinte d'Alzheimer, avait été retrouvée morte gelée, à deux pas de l'hippodrome de Montréal. Maria Serrano avait fait l'objet d'intensives recherches pendant trois jours dans le secteur Parc-Extension, avant que son corps ne soit retrouvé. Dans son cas aussi, Mme Serrano avait fait deux sorties inopinées avant sa sortie fatale.

Parmi les solutions envisagées pour assurer la sécurité des personnes atteintes d'Alzheimer, notons le bracelet GPS porté par le malade et qui permettrait rapidement sa localisation. Si le système est actuellement en vigueur en Europe, le projet fait actuellement l'objet d'une étude par la police de Montréal, qui veut en analyser les aspects éthiques et juridiques avant de décider de son implantation.

DES SOLUTIONS

Une solution qui pourrait être envisagée, a déclaré la ministre Marguerite Blais au réseau TVA, à condition que ce soit fait dans le respect de la dignité des personnes malades. Pour l'organisme Baluchon-Alzheimer, qui offre des services de répit pour les proches, le bracelet ne constitue pas la seule solution ni une solution à toute épreuve. M. Gauthier se demande si le bracelet aurait été efficace dans le cas de cette dame trouvée morte hier, compte tenu du fait qu'elle devait dormir au moment où elle est sortie. Aussi, les malades peuvent aussi enlever eux-mêmes le bracelet. « Le grand drame de cette maladie, c'est que les gens deviennent de plus en plus à risque au fil du temps, et les gens qui les accompagnent de sont plus en plus fatigués. De là l'importance de leur offrir du répit, afin qu'ils se reposent et soient en forme pour s'en occuper ».

Source :Marc Pigeon

Cet article est classé sous :Alzheimer Ahuntsic-Cartierville
Une maladie terrifiante, j'ai appris à connaître cette maladie pour la première fois grâce à votre article, merci. mapquest directions

Tom Hiddleston - 3 novembre 2020
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok